L'hôtel Kempinski a abrité jeudi matin une réunion de coordination des partenaires de la santé placée sous le patronage du ministre de la santé Dr Ahmed Robleh Abdilleh.

Initié par le ministre de la santé en août dernier, cette deuxième assise du groupe de partenaire de santé a vu la participation de l'ambassadeur de France Arnaud Guillois, de l'ambassadeur du Japon OTSUKA UMIO et un représentant de l'ambassade de Chine à Djibouti, mais aussi du représentant de l'USAID Lloyd Jackson et bien d'autres représentants d'organismes bilatéraux comme la TIKA, l'AFD ou encore de la JICA.

Outre la représentante de l'OMS Dr Reinhilde Van der Weerdt, il est à noter la présence autour de la table de plusieurs représentants d'organisations nationaux, régionaux et internationaux que sont l'UNFD, l'INSTAD, l'IGAD, le CDC Afrique, le PNUD, la BANQUE MONDIALE, l'UNICEF, l'OIM le HCR, l'ONUSIDA, le FNUAP et le PAM.

Organisé de façon régulière, ce grand rendez-vous des partenaires de la santé fût l'occasion de partager ensemble les évolutions du système de santé djiboutien de manière à faire le point sur les actions menées et les chemins parcourus sur l'autel de développement du secteur de santé.

Il s'agit de dégager ainsi les futures orientations de la politique de santé autour d'une mobilisation concertée de fond et de financement.

Dans son mot d'introduction, le ministre de la santé Dr Ahmed Robleh Abdilleh a détaillé les principales réalisations de son département notamment dans la lutte contre la Covid19, la santé de la mère et de l'enfant, le renforcement de la surveillance épidémiologique.

Le ministre de la santé a surtout insisté sur ce projet phare de digitalisation de notre système de santé qui constitue une véritable opportunité de transformation et d'innovation par le biais d'utilisation des nouvelles technologies à tous les échelons eu système sanitaire.

Plusieurs experts-intervenants se sont, par la suite, succédés pour présenter les bilans des différentes actions entreprises par le département comme les différentes campagnes des vaccinations anti-covid19 et anti-polio, la surveillance épidémiologique et la formation des épidémiologistes de terrain et le projet de numérisation et la plateforme E-santé.

S'en est suivi un débat riche et franc autour de ces nouvelles stratégies à court et moyen terme qui sont conformes au plan national de développement sanitaire et à la vision Djibouti2035.

Le ministre de la santé a indiqué dans son intervention que la stratégie  du ministère  de la santé s'inscrit  largement dans la perspective de relever l’ensemble des défis afin d'accélérer les progrès vers une couverture sanitaire universelle.

TPL_BACKTOTOP